vendredi, février 01, 2013

Critique de la série Homeland

 

J’ai enfin eu l’occasion de voir la série Homeland qui a remporté la palme de la meilleure série de 2012. Le fait qu’elle succède à Breaking Bad me laissait sceptique sur la qualité réelle de la série et on peut dire que j’avais partiellement raison d’en douter. Le scénario, les personnages et la performance des acteurs sont assez bons dans la série Homeland, mais cela ne suffit pas pour en faire une très grande série à mon sens. Le gros problème des séries américaines actuelles est qu’elles surfent énormément sur la vague de la lutte contre le terrorisme et de la stigmatisation des musulmans et la série Homeland n’échappe pas à cette règle. Dans mon article des meilleurs séries 2012, j’avais dit que j’espérais que Homeland sorte des sentiers battus et américanisés du genre de 24 heures, mais la triste vérité est que cette série va de cliché en cliché pour nous offrir un truc à la limite du potable.

critique-serie-homeland_1

Il y a deux principaux personnages dans la série Homeland, Carrie Matison et Nicolas Brody. Carrie est une jeune agent à la CIA chargée du renseignement dans la lutte contre le terrorisme. Lors d’une de ses missions en Irak, elle apprend qu’un soldat américain emprisonné a été retourné par Al Quaida pour commettre un attentat sur le sol. Quelques mois plus tard alors qu’elle a été mise à pied pour ses dérives en Irak, elle apprend qu’une mission de sauvetage a récupérée un soldat prisonnier du nom de Nicolas Brody et notre jeune super agent pense que c’est le prisonnier qui a été retourné par Al Quaida. Et toute l’intrigue de la série Homeland commence à partir de ce scénario mille et fois repris par d’autres séries et films. La seule différence est que cette fois, le terroriste est américain. L’administration accueille Brody en héro tandis que Carrie met en place une surveillance 24h24 sur le domicile du méchant terroriste et cette surveillance qui n’a pas été autorisée.

critique-serie-homeland_2

 

Le reste du scénario se concentre sur la tentative de trouver des preuves contre Brody avec des scènes érotiques assez chaudes pour ne pas emmerder le spectateur. Les premiers épisodes de la série Homeland s’étalent beaucoup sur le retour de Brody à une vie normale et ce n’est pas une chose facile. Et son comportement parsemé d’hallucinations, d’angoisses et crises brutales ne font que confirmer à notre super agent que Brody est vraiment un terroriste. Le moindre comportement qui sort de la normale est automatiquement suspect. Le scénario ne prend pas en compte que ce prisonnier a été torturé pendant 7 ans et que n’importe qui d’autre aurait perdu la boule. Et c’est ma principale critique contre la série Homeland, un manque assez flagrant dans le scénario. Bien sûr, les américains ont encensés cette série puisqu’ils s’identifient aux personnages, mais en fait, il est ahurissant de voir les médias français qui reprennent cette opinion tout faite. Une bonne scène est lorsque Brody se cache dans son garage pour effectuer une des 5 prières de l’Islam parce que c’était le seul moyen de calmer ses angoisses. Le scénario pointe vraiment dans la stigmatisation pure et simple de tous les musulmans.

critique-serie-homeland_3

 

Et cela se conforme avec l’un des dialogues. La C.I.A découvre une personne qui est un des contacts possibles avec l’un des chefs d’Al Quaida et le mec lui demande : Il est musulman ? Alors l’autre abruti lui répond : Oui, mais il n’est pas pratiquant ! Voilà une superbe phrase qui révèle toute l’idéologie islamophobe et inspirée des faucons américains. Donc, tous les musulmans pratiquants du monde sont des terroristes ? En fait selon la société américaine, le bon musulman est celui qui n’obéit à aucun des 5 piliers de l’Islam et on peut voir la même idéologie nauséabonde en Europe avec une augmentation exponentielle de l’islamophobie. Mais la série Homeland a connu un succès à cause d’un renversement de scénario qui se produit vers le 7 et 8e épisode.

critique-serie-homeland_4

 

Jusqu’à présent, Carrie était certaine que Brody était le terroriste présumé et quelques uns de ses amis commençaient à croire à son délire. Ce qui n’a pas empêché à ce super agent de se faire sauter par le terroriste présumé à l’arrière d’une voiture (Une nouvelle technique d’interrogatoire ?). Donc au 8e épisode, dans un retournement de situation digne des navets de la plus belle époque, on apprend que ce n’était pas Brody qui était le terroriste, mais son coéquipier qui était censé être mort en Afghanistan (tué par Brody lui-même). Et le fait que ce coéquipier soit un noir alors que Brody soit un blanc relève évidemment de la pure coïncidence et ce n’est en aucun cas un des préjugés d’une certaine partie de la population américaine. Franchement, je suis déçu par la série Homeland alors que j’attendais un scénario bien plus sophistiqué. Il est vrai que les scénaristes tentent d’apporter de l'originalité sur certains détails, mais le fait est que ce ne sont que des détails tandis que la trame principale est juste emmerdante à mourir.  Finalement, on apprendra que Brody n’était pas vraiment le gentil dans l’histoire (faudrait savoir, bordel !)

critique-serie-homeland_5

 

Mais le pire est que la série Homeland n’arrive à sortir du schémas des gentils américains contre tous les méchants musulmans. Ainsi, un couple composé d’un homme oriental et d’une américaine blanche fait partie des membres de la cellule terroriste. Et le scénario penche encore fois une sur le cliché : La pauvre jeune femme a été endoctriné pendant son enfance et ce n’est pas de sa faute si elle veut tuer le président !! La série Homeland n’est jamais équilibrée dans ce rapport de force et c’est pourquoi, je n’aime vraiment pas cette série même si tout le monde s’accorde à dire le contraire. Comme à mon habitude de noter les séries que je regarde, je donne une note de 6/10 sur la série Homeland.

Si vous avez aimé cet article, je vous encourage à me supporter avec une micro-donation avec Flattr via le bouton ci-dessous