vendredi, mars 01, 2013

Critique sur Django Unchained

 

Je viens enfin de voir le film Django Unchained dont les médias ont tant vantés les mérites et force est de constater qu’ils ont raison en partie, mais ce n’est pas le chef d’œuvre que certaines critiques avancent. Django Unchained raconte la vie d’un esclave qui a été libéré et qui fait équipe avec un chasseur de prime pour retrouver sa femme et tuer tout ce qui bouge sur le chemin. Le scénario est d’une simplicité navrante, mais la brutalité et la violence sont outrageusement distillées typiques des films de Quentin Tarantino. Du sang en hectolitre, des scènes d’une violence extrême envers les esclaves hommes ou femmes et une haine détestable des blancs esclavagistes.

critique-django-unchained_1

Quentin Tarantino semble faire une fixation sur les allemands et leur prétendue supériorité face aux américains. Car l’un des gentils dans Django Unchained est interprété par Christoph Waltz qui jouait déjà un agent de la gestapo dans Inglourious Bastard. C’est lui qui libère Django interprété par Jamie Foxx pour aller massacrer et tuer comme tout chasseurs de prime qui se respecte. On retrouve également le langage stylé des étrangers comparé aux langages bouseux des méchants américains. Les critiques sur Django Unchained qui ont dit que c’était un Western sont des aveugles ou des cons ou les deux, car ce film n’a rien d’un Western, mais une succession de scènes ultra-violentes avec en toile de fond des concepts empruntés à l’esclavagisme et la chasse pour la prime.

critique-django-unchained_2

Je dois dire que l’interprétation de Jamie Foxx dans le rôle de Django Unchained est superbe. Il a la carrure, la personnalité et même la voix d’un Django. Pour les ignorants du style Far West, Django était un légendaire chasseur de prime et certains disent qu’il avait tué des centaines de personnes. On disait aussi qu’il était d’origine mexicaine tandis que d’autres avançaient que c’était un métis noir. Il y a près d’une dizaines de films du Far West qui ont été tournés sur Django, mais Django Unchained mérite l’une des dernières places par son scénario simpliste et abracadabrant. Premièrement, un noir n’aurait jamais pu survivre aussi longtemps dans cette période où l’esclavagisme était une chose banale.

Leonardo DiCaprio interprète le rôle du propriétaire qui possède la femme de Django et il est un sadique et un raciste de la pire espèce. Comme d’habitude, Di Caprio nous offre une prestation exemplaire même s’il n’est pas fait pour les seconds rôles et c’est ce qu’il est malgré les apparences.

critique-django-unchained_3

Enfin, Samuel L. Jackson interprète le rôle d’un vieil esclave noir qui a complètement retourné sa veste et a été conditionné par ses maitres pendant toutes ces années. C’est même lui qui arrive à stopper Django pendant un certain temps avant que celui-ci ne fasse tout péter. Je dois dire que Samuel L. Jackson est loin d’être convaincant, car il n’est absolument pas fait pour les mauvais rôles. Le seul où il a réussi est le film Indestructible avec Bruce Willis. En conclusion, mon avis sur Django Unchained est que c’est un film bon, mais sans plus. C’est du pur Tarantino et j’ai même accéléré certaines scènes tellement c’était prévisible. NON, ce n’est pas le meilleur film, et NON, il fait vraiment pâle figure à coté des films légendaires du Western tel qu’Il était une fois ou Le bon, la brute et le truand.

Si vous avez aimé cet article, je vous encourage à me supporter avec une micro-donation avec Flattr via le bouton ci-dessous